Avifaune Réchauffement climatique

Avifaune Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique oblige de nombreuses espèces d’oiseaux à modifier leurs dates de migration. Certaines espèces réagissent plus rapidement et plus positivement que les migrateurs au long cours (les pigeons non domestiques, notamment).
Ces derniers ont dû avancer leurs dates de départ.
Les oiseaux sont ensuite contraints d’adapter leurs périodes de reproduction.
D’autres espèces encore, changent d’aire d’hivernage. Les oiseaux migrent moins au sud et les migrateurs transcontinentaux hivernent plus au nord. Ces trajets migratoires et cette dépense énergétique offrent aux oiseaux une meilleure condition physiologique prénuptiale. En revanche certains pays constatent une perte irremplaçable de leur patrimoine naturel.
L’impact du réchauffement climatique sur l’avifaune est réel, même s’il est difficile à prévoir et à qualifier.

Nuisances constatées

  1. Fiente de pigeons et salissure des marchandises dans les entrepôts, les sites industriels, les galeries marchandes, les gares…
  2. Dégradation des bâtiments et des espaces publics.
  3. Les goélands en période de nidification se montrent très agressifs, allant jusqu’au contact humain, gênant l’évolution des opérateurs sur des zones sensibles et mettant en péril leur sécurité.
  4. Les goélands véhiculent toutes sortes de matériaux qui bouchent les évacuations des toitures.
  5. Les concentrations d’étourneaux génèrent également des odeurs nauséabondes. Un dérangement sonore et un épais tapis de fientes visqueux sous leurs perchoirs nocturnes, rendant les zones de travail dans les sites industriels extrêmement glissantes.
  6. Les corbeaux en période de nidification se rassemblent par plusieurs centaines dans quelques grands arbres générant un tapis de fientes et un dérangement sonore par leur croassement incessant.