Le pigeon de ville

 

Le pigeon de ville n’est pas une espèce appartenant à la faune sauvage. L’oiseau ne présente aucun intérêt faunistique ni pour la biodiversité. Il est issu de pigeons domestiqués par l’homme pour ses qualités de pigeon voyageur, de pigeon d’ornement. Il est aussi apprécié pour ses qualités gustatives.

Au Moyen-âge les seigneuries, grands propriétaires terriens, possédaient des pigeonniers dont la taille annonçait l’importance de la propriété. La fiente des pigeons appelée colombine, très riche en azote, était indispensable aux cultures, notamment potagères. Aujourd’hui le brassage de ces différentes races de pigeons, a produit le pigeon de ville dont l’aspect est variable et incontrôlé.
Le pigeon de ville est cavernicole. Ses ancêtres établissaient leur nid dans les corniches de falaises et parois rocheuses, lui a choisi la ville et les corniches des églises, immeubles et autres recoins de bâtiment.

Le pigeon de ville est un problème sanitaire dans les bâtiments professionnels


capture pigeon de ville

Les bâtiments professionnels n’y échappent pas, les pigeons de ville ont compris le fonctionnement des portes automatiques, leur fréquence d’ouverture.  Ils s’engouffrent dans les entrepôts, plateformes logistiques, galeries marchandes où ils se trouvent à l’abri des intempéries, des prédateurs. Les charpentes métalliques leur servent de perchoir, les chemins de câble sont des corniches idéales pour établir leur nid.

L’établissement des pigeons sur les sites d’activités humaines génère des nuisances, par les flaques de fiente sous les zones de perchoir habituelles et les zones de nidification. Il y a aussi une incompatibilité sanitaire entre la présence des pigeons et des produits alimentaires. Les poussières de plume et de fiente dans les zones à forte affluence présentent des risques sanitaires importants, surtout dans les périodes d’épizootie (H5N1).

Il est incontestable qu’il est d’intérêt général de réguler les colonies. En tant que fauconniers, passionnés d’oiseaux et d’éthologie, nous savons déjouer la méfiance des pigeons, ce qui nous permet d’adapter la méthode de capture à chaque site et situation.  

Paul LEFRANC – Directeur d’EGEF

 

Pour compléter ce sujet, vous pouvez lire l’article suivant : http://chasseurdefrance.com/regulation-des-pigeons-de-ville/
A voir article « régulation des pigeons de ville » sur le site de la Fédération nationale des chasseurs.  

Continue Reading